Toilettes non genrées, pour l’inclusion et l’accessibilité


 

« La Ville avait déjà des vestiaires non genrés dans certaines installations », rappelle Martin Lajeunesse, conseiller municipal et président de ladite commission. « La Ville pousse plus loin ce changement culturel, afin de respecter l’ensemble des identités et d’assurer la sécurité des personnes trans et non binaires. Cela démontre aussi notre ouverture par rapport à la diversité. »

« Les toilettes non genrées témoignent de l’ouverture de la Ville à la diversité sexuelle et de genre, ce qui est en concordance avec les nombreuses actions du maire en ce sens depuis qu’il est en poste, souligne Isabel Côté, professeure en travail social à l’Université du Québec en Outaouais. « Une inclusion globale suppose également une adaptation de l’ensemble des politiques et procédures (internes et externes) de la Ville valorisant l’inclusion des personnes LGBTQ. »

« Du côté du code de bâtiments du Canada, on doit respecter le nombre minimal de toilettes par étage », explique Ariane Desjardins, designer intérieure chez A4 Architecture Design. « Par exemple, pour les toilettes non genrées à l’UQO, il y a moins d’urinoirs donc plus de cabines fermées. Par contre, pour les toilettes individuelles, il s’agit d’un cout égal, que ce soit des toilettes genrées ou non. »

L’accessibilité et l’inclusion font partie intégrante du programme d’Action Gatineau. Plusieurs membres/élus ont d’ailleurs soulevé l’importance que la Ville offre un site web et des offres d’emploi non genrés. La voie est maintenant ouverte pour y arriver.

En lire plus sur le sujet :

Gatineau à l’avant-garde des politiques visant l’inclusion des nouveaux arrivants

La Ville de Gatineau : l’Accessibilité universelle au cœur de ses priorités

< Retour

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *