Le plastique et l’usage unique: une île de plastique presque égale à la superficie du Québec

28 October 2018

PAGE fr

La mauvaise gestion des déchets domestiques et municipaux est responsable de 5 à 13 millions de tonnes de pollution plastique dans les océans[i]. Une étude réalisée par la fondation Ocean Cleanup illustre que l’île de plastique du Pacifique Nord (d’une superficie de 1,6 million de kilomètres carrés) est formée de plus de 79 000 tonnes de déchets.

Les consommateurs ont un rôle à jouer dans la production de déchets en choisissant mieux ce qu’ils consomment, sous quelle forme d’emballage et de qui. Trop souvent, les industries produisent des emballages non biodégradables, non recyclables et non réutilisables. Prenons juste l’exemple de l’industrie agroalimentaire. Le mouvement Break Free From Plastic a procédé à 239 opérations de nettoyage de plages dans 42 pays au cours de la Journée internationale de nettoyage du 15 septembre dernier. Les produits des multinationales les plus fréquents sont ceux de Nestlé, Tim Hortons, PepsiCo, The Coca-Cola Company et McDonald’s Corporation. Leur quantité de produits emballés en plastique à usage unique est phénoménale!

Au Sommet du G7, le Canada s’est joint à la France, l’Allemagne, l’Italie et le Royaume-Uni pour établir une Charte du plastique afin de protéger l’environnement. (Note : le Japon et les États-Unis, qui étaient aussi à la rencontre, ont refusé de signer le document). Les cinq pays se sont donc engagés à recycler et à réutiliser au moins 55 % des emballages de plastique d’ici 2030. Ils souhaitent également arriver à récupérer tous les types de plastiques d’ici 2040.

Toutefois, selon Greenpeace, le gouvernement fédéral n’a pas élaboré de stratégies de réduction d’utilisation de plastique ou d’interdiction des plastiques à usage unique, qui sont les principaux responsables de la pollution des océans.[ii]

C’est certain que chacun d’entre nous a le choix de refuser les produits non recyclables, non réutilisables ou non biodégradables. Mais c’est plus efficace d’endiguer directement la source du problème, soit l’industrie. Si rien n’est entrepris pour endiguer cette crise environnementale, les océans contiendront plus de plastique que de poissons d’ici 2050, selon le rapport du Forum économique mondial et de la Fondation Ellen MacArthur publié en 2016. Mes enfants auront alors mon âge…

Est-ce que la ville de Gatineau devrait avoir sa propre Charte du plastique ?

Dans notre prochain billet, on abordera le gaspillage alimentaire, source importante de déchets.

[i] Jambeck, J. R.; Geyer, R.; Wilcox, C.; Siegler, T. R.; Perryman, M.; Andrady, A.; Narayan, R.; Law, K. L. (2015) « Plastic waste inputs from land into the ocean », Science 347, (6223), 768-771.

[ii] https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1106170/g7-environnementalistes-greenpeace-charte-plastique

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *