Services Ecovista : perdre 60% de sa clientèle et se réinventer

14 septembre 2020

Les derniers mois ne sont pas faciles pour les entrepreneurs d’ici. Alors que plusieurs commerces ont dû interrompre leurs activités, d’autres voient l’opportunité de se renouveler.

Vincent Quirion, co-propriétaire de Services Ecovista, est l’un d’entre eux. Il a dû arrêter ses services ménagers et a perdu 60 % de sa clientèle. Qu’à cela ne tienne, il n’a pas perdu son flegme. « Nous nous sommes revirés de bord et nous avons accéléré notre croissance dès la fin juin, raconte M. Quirion. Nous avons développé de nouveaux services sur la Rive-Sud et la Rive-Nord de Montréal, ainsi que dans la région de Québec. »

À un point tel que l’entreprise connaît maintenant un chiffre d’affaires au même niveau qu’avant la pandémie. Maintenant, le défi est la pénurie de main d’œuvre. « Avec les mesures comme la PCU et les subventions pour les préposés bénéficiaires, nous avons un peu de difficultés à répondre aux demandes de clients. On passe qautre fois plus de temps qu’avant à faire du recrutement. Mais on a de bonnes conditions de travail, des rémunérations intéressantes, de la bonne publicité et la PCU finit en septembre, alors la situation va probablement se résorber. »

En période de crise, les entrepreneurs sont nombreux à se remettre en question. Le moment est idéal pour se rappeler les motivations profondes derrière le démarrage de leur entreprise. « Nous avions décidé de se lancer en affaires pour l’attrait de l’autonomie, de la liberté, d’être son propre patron, se rappelle M. Quirion. Nous savions que nous avions le potentiel pour faire de quoi de grand. C’est pourquoi en 2018, nous avions fondé Services Ecovista. J’ai profité de la pandémie pour faire des cours en ligne à l’UQO, pour obtenir mon titre d’évaluateur agréé. Comme projets d’avenir, j’aimerais acquérir d’autres propriétés pour faire de la gestion immobilière. »

En lire plus sur nos entrepreneurs d’ici :

François de Bellefeuille, entrepreneur dans l’âme

De la passion à la consécration

Du cliché à la réalité : penser localement et agir globalement

Comme s’il y avait une écologie des affaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *