Élection 2017

Alain
Bergeron

Candidat | District 17 - Masson-Angers

Qui est
Alain Bergeron?

Gatinois, père de famille, leader naturel et travailleur d’équipe, j’ai été policier au sein des Forces armées canadiennes pendant 8 ans. J’ai assuré la sécurité du premier ministre du Canada ainsi que celle de la Reine Elizabeth II et participé à une mission humanitaire des Nations Unies à Sarajevo.

 

Entrepreneur dans l’âme, je me suis lancé en affaires avec une petite entreprise de services d’assemblage, et je suis aujourd’hui chargé de projet chez Ray Neon Signs. Je veux contribuer au développement de Masson-Angers en amenant au conseil mon expérience de terrain du milieu entrepreneurial.

Mes coordonnées :

Tél.: 819 986-2140

Courriel: alain.bergeron@actiongatineau.org

Suivez-moi

Icone facebook

Maxime Pedneaud-Jobin, Alain Bergeron et Martin Lajeunesse ont dévoilent leur vision pour les secteurs de Masson-Angers et de Buckingham.

Mes engagements

Amélioration du service de transport en commun dans l’est de la ville.

Construction d’un nouvel aréna pour Masson-Angers.

Veille de la relance économique du quartier Masson et de la revitalisation de la gare de Masson-Angers.

Motivation

Quand on regarde toutes les grandes compagnies, les gouvernements et les équipes sportives qui réussissent, ils ont tous un point en commun : le regroupement de plusieurs personnes avec des idées, des visions et des expériences différentes mais avec un seul objectif : travailler ensemble dans le but de réussir. 

Guillement top

C’est assez limpide qu’Alain a une des qualités les plus importantes en politique : la franchise. Il parle avec son cœur et dit ce qu’il veut faire pour son quartier et sa ville.

Guillement bot

Maxime Pedneaud‑Jobin

Maire de Gatineau

District 17

Masson-Angers

S’étendant du parc de la Baie-McLaurin (en l’excluant) jusqu’aux limites est de la ville, le district de Masson-Angers longe le bord de l’Outaouais et est composé de deux cœurs urbains historiques : Angers, un foyer de protestantisme francophone ayant, selon la tradition orale, caché le rebelle métis Louis Riel en 1885, et Masson, village ouvrier bâti autour de l’industrie du bois et de la pâte de papier.