La culture pour une identité forte à Gatineau

21 juin 2018

PAGE en

C’est tout un défi que de développer un sentiment d’appartenance et une identité propre à la quatrième plus grande ville du Québec. Et cette identité forte doit notamment passer par la culture.

La culture est un puissant levier de développement économique. Tout d’abord, la culture crée de l’emploi, en raison des contrats artistiques. Cela dynamise la vie de quartiers et les embellit, ce qui renforce l’attrait touristique.

Une œuvre d’art public admirée par les citoyens devient alors source de fierté et renforce le sentiment d’appartenance. L’exode est alors moins marquant, les citoyens sont plus heureux et fiers de leur ville. Les artistes permettent donc aux citoyens d’être plus solidaires dans un monde où les frontières sont de plus en plus floues.

Les élus ont un rôle à jouer dans cette spirale économique et socioculturelle. Par exemple, c’est important de partager le leadership dans les projets culturels et d’éviter la tentation « d’importer » la recette qui marche ailleurs.

C’est ainsi avec conviction que j’ai participé pour la première fois au colloque Les Arts et la Ville à Sept-Îles en juin 2018. J’y ai représenté Gatineau à titre de vice-présidente de la Commission des arts, de la culture, des lettres et du patrimoine. Ce colloque annuel réunit des élus, des artistes, mais aussi les responsables des dossiers artistiques pour les municipalités et MRC, souvent appelés « agents culturels ». Des représentants des quatre coins du Québec étaient d’ailleurs invités.

On nous a présenté plusieurs exemples de projets culturels structurants qui ont influencé positivement leurs communautés respectives. Je salue d’ailleurs l’audacieuse décision d’intégrer des disciplines artistiques au colloque lui-même. En effet, des chants, de la poésie et une performance de danse ont ponctué les panels de discussions.

Le 31e Colloque de Les Arts et la Ville, qui avait pour thème Territoire, identité et appartenance, a permis d’aborder des enjeux actuels relatifs à la culture et au territoire:

  • Comment le territoire participe-t-il à la construction de notre identité?
  • Comment la culture peut-elle contribuer à façonner un territoire qui nous ressemble et nous rassemble?
  • Comment prendre en compte la diversité des sentiments d’appartenance à un même territoire dans les actions culturelles que nous mettons en œuvre?
  • Comment faire du territoire un espace de partage et d’échange plutôt qu’un objet de conflit?
  • Comment la prise en compte de la relation entre la culture et le territoire permet-elle à une communauté d’aspirer à un développement global qui soit véritablement durable?

Crédit: Vision Centre-ville

Suite à mon périple à Sept-Îles, j’en reviens encore plus convaincue que l’art sert à forger une identité, développer une réflexion commune sur un lieu et établir une référence en lien avec l’aménagement du territoire.  Développer un sentiment d’appartenance et une identité digne d’une capitale culturelle régionale passe nécessairement par la culture. Le renouvellement du Sentier culturel, pour découvrir œuvres d’art mural, expositions et autres œuvres éphémères, est un pas dans la bonne direction. Plus encore, la nouvelle application Go Centre-ville permet de non seulement en apprendre plus sur les œuvres du Sentier culturel, mais aussi de savoir quels services et commerces se trouvent dans un rayon rapproché. Les nouvelles technologies changent donc considérablement notre lien avec le territoire.

Isabelle N. Miron

Conseillère municipale de l’Orée-du-Parc

2 réponses à La culture pour une identité forte à Gatineau

  1. Yvon Leclerc dit :

    Bravo Isabelle,
    Je reconnais tes convictions profondes et ton engagement envers l’édification d’une ville conviviale, à taille humaine où tous auront plaisir à vivre. La culture inspire et les artistes nous portent à créer au-delà des normes habituelles. Merci de le rappeler.

  2. Après la lecture du blogue intitulé «La culture pour une identité forte à Gatineau» de la conseillère Mme Isabelle Miron, notre coordonnateur de projets Alexandre Pampalon s’étonne qu’il n’est aucunement fait mention de la conférence sur le projet gatinois Columbo 1806, d’autant plus que la ville de Gatineau a défrayé une partie des coûts pour rendre possible une présence à Sept-Îles.

    Rappelons que l’équipe de Columbo 1806 a été invitée au 31e colloque Les Arts et la Ville pour partager avec fierté l’identité transhistorique de Gatineau et plus largement de l’Outaouais.

    Notre conférence intitulée «Identité à fleur d’eau» et programmée aux journées d’études de Les Arts et La Ville (6 au 8 juin 2018) a permis de souligner le succès du projet Columbo 1806.

    En 2017, l’organisme A.B.C. Stratégies a fédéré 28 donateurs du Québec pour offrir à la ville de Gatineau l’œuvre d’art public «Dompteurs d’écueils» qui rend hommage aux cageux de l’Outaouais et aux draveurs du Québec. Cette œuvre magistrale en pierre est installée en permanence au Musée de l’Auberge Symmes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *