Candidate de Manoir-des-Trembles-Val-Tétreau : Mélisa Ferreira

25 avril 2017

Une personne qui travaille dans les coulisses de la politique sait plus que quiconque dans quoi elle s’embarque lorsqu’elle remet pour la première fois sa candidature pour accéder à l’avant-scène. Mélisa Ferreira, qui a travaillé avec Mme Nycole Turmel, alors qu’elle était députée de Hull-Aylmer, et depuis pour la députée néo-démocrate Brigitte Sansoucy, a montré qu’elle sait exactement de quoi est fait son parachute pour son saut en politique.

Devant une assemblée majoritairement féminine, où se sont présentés M. Greg Fregus, député de Hull-Aylmer, et Mme Nycole Turmel, cette native du Vieux-Hull qui élève maintenant sa famille dans le Manoir des Trembles a parlé avec passion des expériences qui l’ont menée à se lancer en politique. Énergisée par le contact avec les gens, elle s’investit sans compter dans les causes qui lui tiennent à cœur, et sera à sa place à la table du conseil pour faire avancer les dossiers qui ont un impact direct sur les résidents de son district et de la ville.  Elle a étudié et s’est impliquée à l’UQO, une institution dont nous devons profiter et qui doit, selon elle, être ouverte sur sa communauté. Marquée par son passage dans le domaine du logement social et communautaire et de l’itinérance auprès du ROHSCO, Mélisa Ferreira a acquis une connaissance étroite du milieu communautaire et des défis auxquels doivent faire face la ville et les différents intervenants pour soutenir les plus démunis. De plus elle croit sincèrement que les artères mal aimées du district, Saint-Joseph et Taché, ont le potentiel de rendre ce milieu de vie plus attrayant et plus dynamique, au profit de ses résidents et commerçants.

« Je n’ai même pas besoin de réfléchir quand on me demande Pourquoi Action Gatineau ?, parce que pour moi il n’y a aucun doute, si on veut faire de bonnes choses pour notre quartier et notre ville ça prend des objectifs, ça prend un plan de match que les citoyens connaissent et approuvent et c’est exactement ça qu’Action Gatineau propose » – Mélisa Ferreira

Un avantage indéniable de travailler en équipe et d’avoir un plan, selon Maxime Pedneaud-Jobin, c’est de pouvoir proposer des projets au conseil municipal pour lesquels la réflexion a déjà été faite, et qui peut ainsi avancer plus rapidement. Par exemple, dès le premier budget du premier mandat, Action Gatineau a proposé un élément de son programme, la création d’un observatoire pour l’Outaouais, en collaboration avec l’UQO. Ce genre de partenariat, avec des chercheurs de l’université plutôt qu’avec une firme de consultants, permet aux chercheurs de développer avec le temps une connaissance fine de la région et de créer une base de données (démographiques, socioéconomiques, sociosanitaires, etc.) utile aux municipalités et aux organismes pour le développement d’initiatives répondant à certains besoins. Comme le Portrait des communautés de l’Outaouais, publié en 2011, était une forme de projet pilote pour l’observatoire, l’équipe d’Action Gatineau était prête à poursuivre le projet, mais pas les autres élus. Le protocole sera finalement signé en fin de mandat. Avoir une vision pour la ville et un plan, c’est pour mener à bien efficacement des projets comme l’observatoire : bon pour le district du Manoir-des-Trembles-Val-Tétreau, bon pour Gatineau et l’Outaouais, et bon pour l’UQO.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *