«Cette journée-là, j’avais besoin de ça.»

16 juin 2020

C’était une journée pluvieuse, maussade. Marilyn et André Marcoux de Pointe-Gatineau ont reçu un appel de la Ville de Gatineau.

« On était confinés depuis longtemps, on ne pouvait voir personne, se rappelle Mme Marcoux. Quand j’ai répondu au téléphone, j’étais méfiante. La madame était vraiment gentille. Elle me dit: « j’appelle de la Ville de Gatineau et j’aimerais savoir comment vous allez et si vous avez de la fièvre ou autres symptômes de la grippe. »

La Ville de Gatineau a effectué des appels auprès des personnes aînées pour briser l’isolement causé par le COVID-19.

« Cette journée-là, j’avais besoin de ça. C’était un rayon de soleil dans ma journée. La jeune dame m’a demandé : « avez-vous besoin de quelque chose. » Ça m’a touché. Ils m’ont demandé si nous étions bien physiquement, si nous avions quelqu’un à qui parler. Ça m’a vraiment marqué. On n’a pas beaucoup de famille. Ma fille fait notre épicerie, on se fait livrer nos médicaments. C’est rare qu’il y a quelqu’un qui nous demande comment ça va!»

« Nos appels de courtoisie s’ajoutent aux appels déjà effectués par le service de santé et les organismes. Ils sont un complément à ce qui se fait et permettent de faire une veille continue de nos aînés. Je vous invite à faire de même. Prenez le téléphone, appelez votre tante, votre grand-père, vos parents. C’est à notre tour d’être là pour eux, eux qui ont été là quand nous en avions besoin », a déclaré Mme Renée Amyot, présidente de la Commission Gatineau, Ville en santé.

Une réponse à «Cette journée-là, j’avais besoin de ça.»

  1. Andrée Potvin dit :

    Nous avons reçu un tel appel le mois dernier et ça nous a fait beaucoup de bien à ce moment là. Pendant 8 semaines, nos jeunes se sont occupés de nos emplettes, ce qui nous a permis de rester sains et saufs à la maison.
    Un grand merci à tous et toutes.

Répondre à Andrée Potvin Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *