Changer notre façon de penser les routes et les rues

30 octobre 2018

Alors que le développement des villes a été pensé en fonction du nombre de voitures pouvant y circuler, ne serait-il pas plus logique de faire en sorte que dans la quatrième plus grande ville du Québec, un plus grand nombre de personnes puisse s’y déplacer?

Mardi dernier, une quarantaine de personnes a eu le plaisir d’assister à la conférence sous le thème « Quand Gatineau remet à sa place l’auto ! ». Organisée par Dimension Sportive et Culturelle de Gatineau sous la bannière 100 Degrés, menée par Mobi-O et la Ville de Gatineau, cet événement représente bien le travail conjoint de tous ces acteurs sur le développement durable de nos infrastructures routières.

L’objectif est audacieux et très clair en plus d’être appuyé par plusieurs exemples éloquents, tant au Québec qu’à l’international: il faut redonner la rue aux citoyens. Le temps est venu de changer notre façon de penser les routes qui traversent notre ville et les rues par lesquelles on a accès au quotidien.

Il faut d’abord définir le concept de rue complète, ou rue conviviale. Il s’agit de rues qui sont conçues et planifiées afin de rendre les déplacements faciles, sécuritaires et plaisants pour tous les citoyens. Piétons, cyclistes, personnes à mobilité réduite, usagers du transport en commun et automobilistes, tout un chacun y trouve leur compte.

Ce type de projet est loin d’être utopique. Plusieurs projets ont déjà été entamés ou même complétés. La ville de Québec a d’ailleurs créé un document extrêmement étoffé à ce sujet. À Gatineau, le boulevard St-Joseph sera bientôt réaménagé pour répondre à plusieurs de ces critères.

Réaliste et nécessaire, ce type de projet répond aux enjeux actuels et futurs de nos communautés. Que l’on parle d’environnement, d’accessibilité, de sécurité publique, de rentabilité, de durabilité, d’activité sportive ou de promotion de la culture, les rues complètes répondent à un besoin criant.

Un autre volet de la conférence portait sur les corridors scolaires ainsi que la campagne « À l’école à pied ou à vélo, je suis capable» et son plan de déplacement scolaire. À Gatineau, vous avez probablement remarqué l’ajout de panneaux jaunes, de bollards flexibles et de marquages au sol autour de certaines écoles. Il s’agit d’un projet pilote visant trois objectifs complémentaires: inciter les automobilistes à être prudents et vigilants en zone scolaire, faciliter les déplacements à pied ou en vélo des élèves ainsi que diminuer le syndrome de la porte, phénomène qui illustre que les parents croient que la porte de l’école est l’endroit le plus sécuritaire pour déposer leur enfant. Alors, ils s’y rendent en voiture, augmentent la circulation automobile à cet endroit et créent des situations où le Code de la route n’est pas respecté. Un cercle vicieux qui rend cet endroit de moins en moins sécuritaire.

Donc ces déplacements alternatifs proposés pour les écoliers ont pour but de rendre un rayon d’environ un kilomètre attrayant, sécuritaire et plaisant autour des écoles. Cela aura comme effet de rassurer les parents qui se sentiront en confiance suffisante pour déposer leurs enfants à une certaine distance de l’école. On observe alors une diminution de la circulation autour des écoles en plus de faire bénéficier les jeunes d’une activité physique supplémentaire non négligeable, améliorant ainsi leur bien-être et leur performance scolaire.

Également, il a été question du Plan directeur du réseau cyclable gatinois, notamment de l’ajout de 150 km (50 % d’augmentation) de liens cyclables d’ici 2025. Le réseau cyclable actuel est principalement voué à des fins de plaisance. Le réseau supplémentaire visera donc à faciliter les déplacements utilitaires, comme se rendre au boulot ou aller faire ses courses.

À bien y penser, on ne peut, logiquement et en toute bonne foi, s’opposer au développement durable et rentable de nos routes ni aux déplacements actifs et aux transports en commun.  Car la sécurité et le bien-être de nos enfants ainsi que les déplacements de nos aînés et des personnes à mobilité réduite en seraient grandement compromis pour l’avenir.

Cette vision à long terme demandera du temps à être implantée, mais une chose est certaine: l’attente en vaudra la peine.

Un mot à propos des différents collaborateurs:

100° : Initiative de Québec en Forme, 100° rassemble une communauté de gens engagés dans la promotion des saines habitudes de vie chez les jeunes. Il s’agit d’un espace d’échange et de partage, à la fois réel et virtuel, propice au bouillonnement d’idées et à l’essor de vos projets. Si vous êtes intéressés par leurs principes et avez une expertise particulière dans le domaine des saines habitudes de vie, vous êtes invités à rejoindre la communauté 100° comme individu ou Ambassadeur. Il y aura également, du 31 octobre au 7 décembre prochain, un appel de projets en lien avec des jardins pédagogiques.

Dimension Sportive et Culturelle Gatineau-Ottawa : Organisme à but non lucratif qui oeuvre dans les milieux scolaires et municipaux afin d’offrir aux enfants des activités parascolaires amusantes et stimulantes. Mandataire 100° pour la région de l’Outaouais, ils sont toujours ouverts à recevoir les communications et les questions en lien avec 100° afin d’augmenter le rayonnement régional.

MOBI-O: Centre de gestion des déplacements (CGD) de Gatineau et sa région, MOBI-O est un organisme sans but lucratif (OSBL) qui a pour mission de favoriser le développement, la mise en œuvre et la promotion de solutions en matière de mobilité durable. Marion Maurin, la directrice générale et son équipe, chapeautent entre autres une multitude de projets en mobilité durable et notamment deux, destinés à améliorer l’environnement bâti en contexte scolaire et permettre aux élèves d’en bénéficier de manière sécuritaire. Le transport actif est devenu l’un des piliers centraux mis de l’avant dans ces projets.

Texte écrit par Charles-André Larocque
Kinésiologue, membre de la communauté
100° et Fondateur d’Actif au travail – Fit at work, Chuck rêve de faire découvrir les talents et compétences des kinésiologues et d’en faire bénéficier le plus grand nombre de personnes possible.

Web: fitatwork.ca

Facebook: www.facebook.com/ActifAuTravail.FitAtWork/

Blog: fitatwork.ca/blog

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *