Couches lavables ou non, tous les citoyens en sortent gagnants

20 septembre 2018

Les couches jetables représentent le troisième déchet en importance dans les dépotoirs du Québec. Pour lutter contre ce problème, près de 250 municipalités offrent désormais des subventions aux familles pour l’achat de couches lavables. Un incitatif qui permet de réduire la quantité d’ordures et les coûts d’enfouissement.

Dans le cadre du nouveau plan de gestion de matières résiduelles (PGMR) et de la diminution du tonnage, le contexte serait idéal pour introduire une subvention pour les couches lavables. Le dernier PGMR a permis de réduire de près de 30 % la quantité de matières résiduelles produites. Le nouveau plan vise une réduction additionnelle de 45 % dans le secteur résidentiel d’ici 2020. L’utilisation des couches lavables répond à ces objectifs en réduisant tout d’abord le volume de déchets générés au sein d’une municipalité.

Le détournement de l’enfouissement des couches pour 300 bébés permettrait d’économiser plus de 9 382 $ par année en termes de gestion des matières résiduelles, par rapport aux couches jetables.

La municipalité fait également des économies directement liées à cette pratique. La municipalité doit débourser en moyenne 130 $ pour enfouir une tonne de déchets (Chulak & Bergeron, 2008). En redirigeant cette somme vers les familles prenant la décision d’adopter les couches lavables, la ville réduit ses matières résiduelles d’une tonne par enfant. Cela n’apporte pas de coûts supplémentaires dans le cas où le soutien accordé à ces familles n’excède pas 130 $. Pour la municipalité, un programme de soutien aux utilisateurs de couches lavables est un programme qui s’autofinance.

En effet, le comportement d’un générateur excessif d’ordures ménagères est complètement à la charge du système tandis que les efforts d’un citoyen averti et sensibilisé ne sont pas considérés. Pourtant, chaque unité d’occupation consomme 500kg par année et cela coûte 125$ par tonne de déchets pour la collecte, le transport et l’enfouissement.

Les couches réutilisables modernes sont de plus en plus faciles d’utilisation. Elles n’ont rien à voir avec les langes d’antan. Les couches grandissent avec le bébé grâce un système de bouton-pression ou de velcro qui permet d’ajuster la hauteur et la largeur.Action Gatineau valorise l’utilisation des couches lavables et espère pouvoir accorder aux familles une subvention à l’achat d’un lot de couches équivalente à la dépense que représente pour la Ville l’enfouissement d’une tonne de couches jetables. La discussion sera amenée au conseil municipal cet automne. Cette subvention pourrait être insérée dans un programme de gestes éco responsables, qui comprendrait la subvention pour le compost, l’installation d’un baril d’eau de pluie ou l’aménagement d’un potager, par exemple.

Est-ce que la Ville devrait adopter un programme de subvention de couches lavables ou plutôt un programme de gestes éco responsables?

10 réponses à Couches lavables ou non, tous les citoyens en sortent gagnants

  1. Marie Ève Théberge dit :

    Bonjour, tout à fait! Je crois qu’une ville comme Gatineau se doit d’investir dans l’e couragements des citoyens à adopter des habitudes de vie écologique en donnant des subventions qui permettent à ce que ce soit accessibles pour tous. L’environnement est l’affaire de tous les pôles gouvernementaux.

  2. Vanessa Fournier dit :

    Wow! Je suis très heureuse de lire cet article ce matin! Pour ma part, je crois qu’une subvention spécifique pour l’utilisation des couches lavables serait préférable. Les termes « gestes éco responsables » n’attireront probablement pas autant les familles que le mot « COUCHE ». Plusieurs pensent que les couches lavables sont réservées aux familles grano-écolos et seraient peut-être moins tentés d’aller chercher une subvention qui les étiquette comme écolos (ce qui est bien malheureux selon moi). Somme toute, j’adore votre article :-)

  3. Emilie dit :

    Comme future maman, je serais très intéressée à une telle subvention. Je pense que la nouvelle politique de gestion des matières résiduelles à venir à Gatineau va de paire avec l’incitatif de réduire le volume de déchets des familles. À mon avis, plus les subventions ont des noms et fonctions claires et concrètes, plus les gens seront tentés de s’informer sur les couches et d’en bénéficier. Je pense que les couches lavables c’est effectivement une charge supplémentaires de temps, mais que comme tout changement dans le mode de vie, des petits incitatifs monétaires peuvent amener une motivation à s’engager dans cet effort pour la planète!

  4. Andrée-Anne dit :

    C’est clairement un most d’avoir un programme de subvention pour une ville dite « verte » comme Gatineau. Ça encouragerait des famille à essayer l’utilisation de couches lavables pour finalement se rendre compte que ce n’est pas si sorcier! Il n’y a que des avantages, autant pour notre ville, pour notre planète que pour notre porte-feuille.

  5. Marilou Antille dit :

    Non premier enfant j’utilise les couches jetables et ça m’énerve de voir combien je dépense pour ça! Et surtout comment de déchets ont fait … pour mon prochain bébé j’ai déjà commencer à magasiner des couches lavables secondes mains . Je trouve interessant que la ville de Gatineau pense adopter une telle subvention!

  6. Emmanuelle dit :

    Tres bonne idée ! Cela est bon pour l’environnemenr ! Moins de gaspillage. Une subvention pourrait encourager plusieurs familles a essayer l’expérience des couches lavables

  7. Cindy dit :

    Allez gatineau! On fait notre part, aidez nous à influencer encore plus d le gens à prendre le bon virage <3

  8. Christophe Labelle dit :

    Nous sommes une famille sensible à la cause environmentale, alors qu’on est de plus en plus préoccupé par l’héritage écologique que nous lèguerons à nos 3 enfants. Obtenir le soutien de la ville par le biais d’une subvention à l’achat de couches lavables dans cet effort de viser le « zéro déchet » serait grandement apprécier et est à mon avis un « must » à l’aube du point de rupture climatique où nous nous trouvons. Super article, très informatif.

  9. Genevieve dit :

    Oui comme les autres municipalités qui le font déjà. Surtout que bientôt, les quantités des poubelles seront à surveiller. Donc un motant donné aux familles qui utilise des couches lavables.

  10. André dit :

    1. Excellent projet
    2. Mais, simplifiez le vocabulaire et les périphrases.
    3. 1er tableau incompréhensible: 300$ pour: achat?? subvention? Economie d’enfouissage?
    4. Quelle est la réponse au refus des garderies? Partager la subvention??
    5. Être concret pour les jamais fait, jamais vu faire: comment enlever le caca/ les odeurs, où conserver/ combien de temps, comment laver/ sécher.
    Bonne chance

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *