Des parcs pour faire bouger petits et grands

28 juillet 2016
iStockPhoto

iStockPhoto

Lors d’un séjour à l’étranger il y a de cela presque dix ans, moi qui vous écris ces lignes ai remarqué, dans la capitale Taïwannaise et ses environs, d’étranges structures de jeux, en métal, très solides et ne semblant pas faites pour les enfants. J’appris plus tard qu’il s’agissait de modules d’entraînement destinés aux adultes, et plus particulièrement aux aînés. L’idée a depuis fait son apparition au Québec et des installations semblables ont bourgeonné dans les parcs de plusieurs municipalités. La ville de Québec en a déjà neuf, Montréal en veut un dans chaque arrondissement et Gatineau en a planifié trois dans son Plan quadriennal d’investissements des parcs et des infrastructures récréatives, sportives et communautaires 2015-2018.

Développer les communautés de façon inclusive

Au-delà des terrains de fers et des structures de jeux pour enfants, certaines municipalités cherchent maintenant à diversifier l’offre dans les parcs afin de répondre aux besoins d’un public plus large et d’en augmenter l’achalandage. Les équipements récréosportifs extérieurs et les parcours d’entraînement, qui peuvent être conçus spécifiquement pour les aînés ou être utilisés par des adultes de tous âges, ont ce mérite d’inciter un plus grand nombre de gens à se rendre au parc pour bouger.

Les plans de Gatineau sur la glace?

Le budget 2016 de la Ville de Gatineau prévoit 60 000 annuellement pour construire des parcours d’entraînement dans les parcs Lavictoire (Gatineau), des Ormes (Hull) et des Cèdres (Aylmer) à raison d’un parc par année entre 2016 et 2018. Ces parcours proposent une série d’exercices à faire soit avec le mobilier de parc existant, soit avec des modules spécialisés. Il est cependant à noter que la perte des frais de croissance pourrait compromettre les projets de 2017 et 2018. En effet, ces frais, que la Ville imposait depuis 2012 aux promoteurs immobiliers et dont la mécanique de collecte a été invalidée par la Cour supérieure du Québec en mars 2016, devaient servir, entre autres, à l’aménagement et l’amélioration des parcs. Des choix devront donc être faits lors du budget de 2017. Toutefois, la Ville s’affaire à mettre une nouvelle mécanique sur place avant la fin de l’année afin de recommencer à percevoir ces frais le plus tôt possible, et ce dans le respect du jugement et des balises données dans le projet de loi 83 adopté par l’Assemblée nationale en juin.

Un coup de pouce financier pour y arriver

Comme ces projets d’infrastructures peuvent répondre aux besoins des aînés, Gatineau, en tant que Municipalité amie des aînés (MADA), pourrait profiter du Programme des infrastructures Québec-Municipalité pour financer jusqu’à 50% de leur coût. Le programme fédéral Nouveaux Horizons pour les aînés peut également soutenir financièrement de telles initiatives. Si ces avenues s’avèrent positives, d’autres aménagements de ce genre pourraient être développés.

Municipalités offrant ces installations (projets en cours ou complétés)

Amqui, Baie-D’Urfé, Boucherville, Candiac, Granby, Île de sœurs, Joliette, Lac-Brome, L’Assomption, Laval, Longueuil, McMasterville, Montréal, Québec, Rosemère, Saint-Bruno, Saint-Hubert, Saint-Jean-sur-Richelieu, Shefford, Trois-Rivières, Varennes, Ville-Marie (Témiscamingue).

Sources :

Ville de Gatineau – Budget 2016

Bulletin d’Aylmer – Physical fitness circuit in Aylmer by 2018

Le Soleil – Parcs pour aînés: un brin d’exercice en plein air…

Le Soleil – De nouveaux parcs pour les aînés

Vert et fruité – Les circuits d’entraînement extérieurs

3 réponses à Des parcs pour faire bouger petits et grands

  1. Lucie dit :

    Pourquoi Buckingham a été oublier? Il y aussi des personnes âgées ou pas qui pourraient en profiter, franchement!

    J’ai déjà vu un reportage l’a dessus. Je trouvais très intéressante cette perceptive dans nos parcs. Il me semble qu’il y avait un projet pour Masson ou Anger.

    Je suis active et près de ma retraite. Je trouve que ça fait un peu loin pour aller m’entraîner, aussi bien de continuer d’aller au gym au coin de chez-nous!

  2. Luc Gagné dit :

    Il est à espérer que la ville ira de l’avant avec ces circuits d’entraînement extérieurs. Je suis allé tester le circuit TrekFit dans le parc Pineview à Ottawa. Je verrais bien un circuit avec une quinzaine de stations dans le parc des Cèdres. Les adultes pourraient faire de l’exercice pendant leurs enfants jouent dans les structures aménagées pour les enfants. Les ados pourraient s’en servir plutôt que d’être tenter de jouer dans des structures pour les tout-petits qui n’ont pas été conçues pour supporter leur poids. C’est un complément d’entraînement intéressant pour les coureurs et les cyclistes passant dans le parc. Ces structures coûtent vraisemblablement quelques milliers de dollars, mais sont durables et nécessitent peu d’entretien.

  3. Il serait opportun de prendre connaissance du projet « Le Parc des Bâtisseurs » de l’OSBL Bâtisseurs d’avenir. Visitez le Site internet http://www.batisseursdavenir.ca.
    Un autre paradigme qui devrait avoir sa place dans la définition de nos parcs publics surtout ceux ayany une forêt ou un boisé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *