«La STO nous appartient à tout un chacun» – Myriam Nadeau

22 mai 2018

PAGE en

La semaine passée, la Société de transport de l’Outaouais (STO) a reçu 36 millions $ des gouvernements du Québec et du Canada pour réaliser huit projets, dont l’achat d’une trentaine d’autobus hybrides et la construction de nouveaux stationnements incitatifs pour les secteurs Masson-Angers et Buckingham.

« C’est une excellente nouvelle pour les Gatinois, s’enthousiasme la présidente du conseil d’administration de la STO, Myriam Nadeau. Les enjeux de mobilité sont ceux qui ont le plus d’impact sur la vie de tous les jours. La vitesse et le coût auquel chaque personne peut se déplacer, ça pèse lourd. Le transport collectif, c’est moins cher, beaucoup mieux pour l’environnement, la qualité de vie et le développement économique. »

Chacun d’entre nous bénéficie de ces investissements, même les non-utilisateurs. Plus il y a de cyclistes et d’usagers du transport en commun, moins il y a d’automobiles sur nos routes. Ils contribuent à diminuer les embouteillages de la circulation. Myriam Nadeau n’en démord pas : « J’aimerai que les gens comprennent pourquoi le transport en commun est important. Il faut développer un contexte favorable, en augmentant par exemple la densité de la population. C’est un avantage d’acheter une maison proche des infrastructures du transport en commun. »

Myriam Nadeau en est à son deuxième mandat et à sa première année à la tête de la STO. Déjà, les bonnes nouvelles se bousculent : « La STO, pour moi, c’est une force, un service collectif qu’on se donne pour créer des liens entre les gens et faire grandir notre territoire. C’est ce que je cherche à mettre en valeur : la STO est à tout le monde et tout le monde peut en retirer un bénéfice. Et autant il y aura toujours place à l’amélioration, autant le défi sera toujours de concilier les besoins et la demande aux ressources humaines, matérielles et opérationnelles. Mais si chacun arrive à concevoir qu’il détient une partie de la réponse pour relever ce défi, que ce soit en devenant usager ou en développant des projets en milieux déjà bâtis, on y arrivera plus vite. »

Le programme d’Action Gatineau est sur la bonne voie avec le prolongement du Rapibus à l’est de la Ville, du boulevard Labrosse au boulevard Lorrain, ainsi que la volonté des conseillers municipaux et des députés fédéraux de la région à privilégier un système sur rails pour le futur lien rapide de transport en commun dans l’ouest de la ville. Pour l’avenir, Mme Nadeau aimerait également mieux répondre aux besoins liés au transport adapté (pour les personnes ayant des limitations physiques pour se déplacer) et intermodal (l’utilisation de plusieurs modes de transport au cours d’un même déplacement).

Ce n’est pas une mince tâche que de concevoir l’aménagement territorial d’une ville de 61 km de long, mais c’est l’unique façon d’avoir des retombées positives à long terme. Cela permettra que les gens soient moins dépendant d’un transport auto solo, tout en pouvant profiter des avantages de notre territoire étendu.

Le 23 mai, 16 h 30, participez à la séance porte ouverte sur le réseau cyclable à la Maison du citoyen Plan. À l’occasion du Mois du vélo, venez découvrir les résultats du travail réalisé sur le plan directeur du réseau cyclable. Il sera notamment possible de prendre connaissance du réseau cyclable proposé et des projets prioritaires. Renseignements et documents pertinents : bit.ly/2jRidQM

istockphoto

Une réponse à «La STO nous appartient à tout un chacun» – Myriam Nadeau

  1. Marc Seguin dit :

    Si vous désirez augmenter l’attrait pour le transport en commun, vous devez en améliorer l’efficacité principalement en réduisant les temps de trajet. Vous avez fait exactement le contraire pour la majorité des usagers de l’est de Gatineau (par exemple, pour ceux de Buckingham, Masson-Angers et Templeton) avec la venue du Rapibus et l’élimination des autobus express et interzones. Pour moi, ce fut une augmentation de 1 heure par jour et ça n’a duré que 2 semaines. Je fais du co-voiturage depuis maintenant plus de 4 ans et je retournerais au transport en commun si on me ramenait mon autobus express!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *