Le vélo au boulot

18 septembre 2019

C’est la Semaine du Défi sans auto. Portraits de trois citoyens de trois secteurs de Gatineau qui utilisent le vélo plus de six mois par année pour se rendre au boulot.

Pier-Luc Bergeron, père de deux enfants de deux et 4 ans, préfère le vélo pour se rendre dans le centre-ville de Hull : « C’est un moyen de transport actif, ça me tient en forme. Ça me prend autant de temps que l’autobus, mais me coûte moins cher que l’auto et le stationnement. C’est certain que ça demande une certaine organisation pour amener les enfants à la garderie. Aussi, mon employeur encourage le transport actif en offrant aux employés des accommodements (douche, support à vélo, etc.). Je crois que plus d’entreprises devraient offrir ces commodités à leurs employés. »

Laura Darche, mère de deux enfants et résidente de Hull, utilise le vélo douze mois par année : « J’ai commencé à me déplacer à vélo comme adulte alors que j’étais étudiante. Ma première motivation était alors économique : même le métro c’était trop cher pour mon budget de l’époque. J’ai vite réalisé que le vélo offrait d’autres avantages, comme de pouvoir aller là où l’autobus ne va pas, de partir n’importe quand, et de se stationner (gratuitement et facilement) à moins de 5 m de la porte. En plus, le vélo en ville est souvent aussi rapide que l’auto parce qu’on n’est pas coincés dans le trafic. Ma saison de vélo s’est étirée, tôt au printemps jusqu’à tard l’été, jusqu’à ce que je vive un an dans un pays chaud et que je constate les effets bénéfiques sur la forme de ne pas arrêter du tout. De retour au Québec j’ai acheté un vélo que j’utilise depuis maintenant 8 hivers. Les enfants ne m’ont pas arrêtée, mon conjoint et moi avons décidé de nous équiper pour transporter les enfants à vélo plutôt que d’avoir une 2e voiture. Considérant que posséder une auto au Québec coûte en moyenne 10 000 $ par année, ce choix est vraiment économique, en plus d’être meilleur pour la santé, non-polluant et bien plus agréable au quotidien. »

Michel-Olivier Matte, père de trois enfants, habite à Aylmer et travaille à Hull. Il utilise sa bicyclette 12 mois par année : « Ça me prend 30 minutes l’été et 45 minutes l’hiver pour me rendre au travail. C’est une solution à plusieurs niveaux : avec le trafic, ça me prend autant de temps en auto alors je maximise mon temps en faisant mon sport. C’est un peu plus complexe pour concilier le travail et la famille, mais c’est juste une différente façon de le faire : parfois je m’arrête à l’épicerie en vélo ou j’arrête à la maison chercher l’auto avant d’aller chercher les enfants à l’école. C’est un mode de vie, on s’adapte. On n’est pas obligés d’avoir un vélo de top qualité, en fait on a moins de chance de se le faire voler si on a un vieux vélo. Nous avons calculé que c’est moins cher d’avoir une auto et de prendre le taxi à l’occasion que d’avoir deux autos. »

Le vélo au boulot, c’est possible et même mieux, dans certains cas. Et pour vous?

Pour en lire davantage sur le sujet : actiongatineau.org/nouvelles/autos-et-velos-de-la-place-pour-tous/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *