Les élus d’Action Gatineau présentent leur bilan de mi-mandat

02 novembre 2015

Réunis à l’occasion d’une conférence de presse tenue ce matin au centre d’artistes Axenéo7, les conseillères et conseillers d’Action Gatineau, Mireille Apollon, Richard Bégin, Martin Lajeunesse et Myriam Nadeau, ont présenté leur bilan de mi-mandat. Depuis deux ans, ils ont contribué de façon positive et constructive au débat politique et à l’avenir de la ville. Ils ont aussi pris part de façon significative au programme du conseil municipal, étant la seule équipe élue sur une plateforme complète pour la ville. À ce titre, ils ont souligné le rôle qu’ils ont joué au sein de la nouvelle administration avec les responsabilités importantes qui leur ont été confiées. Chacun en a profité pour expliquer les réalisations accomplies depuis.

Mireille Apollon a souligné les avancements faits depuis deux ans en matière d’investissements dans les arts, la culture et le patrimoine ainsi que dans le réseau des bibliothèques. Parmi ses réalisations, notons un investissement d’un demi-million de dollars d’argent neuf dans la politique culturelle et la politique du patrimoine. À cela s’ajoute un montant de 21,9 millions$ qui sera investi dans le réseau de bibliothèques locales, du jamais vu depuis la fusion municipale. Impliquée dans la diversité culturelle, Mme Apollon a su faire rayonner Gatineau, notamment en présentant le mémoire de la Ville à la Commission parlementaire sur l’immigration, à l’Assemblée nationale du Québec. « La culture, le patrimoine et l’identité portent la vision d’Action Gatineau. C’est pourquoi je me réjouis que la Ville de Gatineau ait accéléré le pas pour le soutien et la promotion des arts, de la culture et du patrimoine sur le territoire. Au plan identitaire, ces mesures sont fondamentales si nous voulons mettre en valeur ce que nous sommes. Pour les nouveaux arrivants, ces éléments sont cruciaux pour susciter l’intérêt et l’engouement chez ceux qui veulent faire partie intégrante de notre communauté », a expliqué Mme Apollon.

Richard Bégin, de son côté, est revenu sur les diverses mesures prises en matière d’urbanisme et qui sont véritablement en train de changer les façons de faire à Gatineau. Citons en exemple la stratégie pour un changement de culture au sein du Service d’urbanisme, l’implantation d’une philosophie fondée sur l’approche client, l’adoption d’un règlement omnibus pour éliminer plusieurs irritants qui ont cours depuis 10 ans ainsi qu’un meilleur arrimage de l’urbanisme avec le développement économique et commercial. À cela s’ajoutent la vulgarisation et la publication en ligne des avis publics avant la tenue de la séance du conseil municipal, une mesure qui lui tient particulièrement à cœur et qui est unique au Québec. Toutes ces réformes rejoignent l’idéal d’Action Gatineau. « Après deux ans de travail, je suis fier de constater que nous avons fait des pas de géant pour redresser certains aspects de l’urbanisme afin de mieux répondre à nos citoyens. Plusieurs de ces propositions faisaient d’ailleurs partie des changements pour lesquels je me suis battu pendant plusieurs années, comme citoyen. En 2013, je me suis joint à Action Gatineau parce que je me reconnaissais dans la vision et le programme. Je le suis toujours », a affirmé M. Bégin.

Pour Martin Lajeunesse, membre du comité exécutif et représentant du maire pour le dossier des « villes intelligentes », les progrès en matière de développement économique sont notables. Il donne comme exemple le travail important qu’a fait la Ville de Gatineau pour assurer l’avancement du projet du groupe Windmill, un investissement de 1 milliard$, et pour faciliter l’installation du siège social de Brookfield, une entreprise détenant un actif de 100 milliards$ dans le domaine des énergies vertes. Au plan local, il note l’engagement ferme de la Ville de Gatineau à soutenir la revitalisation des anciens centres-villes que sont le Vieux-Aylmer, le Vieux-Gatineau et le Vieux-Buckingham. D’ici deux ans, 1,3 million$ sera investi pour soutenir les plans de revitalisation portés par les organismes du milieu. « Action Gatineau a pris un engagement clair visant à soutenir nos anciens centres-villes qui sont au cœur de notre identité locale. Si nous souhaitons que les citoyens s’identifient à la ville de Gatineau, il faut qu’ils soient fiers de leur quartier et qu’ils sentent que nous respectons leur communauté d’appartenance », a souligné
M. Lajeunesse.

Enfin, selon Myriam Nadeau, présidente du caucus des élus d’Action Gatineau et présidente de la Commission permanente sur l’habitation, le logement et la lutte à l’itinérance sont désormais revenus au sommet des priorités. Elle estime que le travail fait depuis deux ans pour documenter les besoins en logement a porté ses fruits. Soulignons à titre d’exemple l’octroi des 280 logements par le gouvernement du Québec, un nombre record pour Gatineau. Le travail important de concertation et le leadership assumé par la Ville de Gatineau auprès des organismes en logement et pour la lutte à l’itinérance, afin de développer une stratégie commune, font aussi partie de ses réalisations. « Jamais depuis la fusion municipale n’avons-nous autant parlé de la question du logement et de la lutte à l’itinérance. Je suis fière que la Ville de Gatineau ait repris un leadership sur cette question si fondamentale pour l’enjeu de lutte à la pauvreté. Action Gatineau avait pris des engagements concrets là-dessus et nous livrons la marchandise », a dit Mme Nadeau.

Un parti pas comme les autres
Les élus du caucus d’Action Gatineau ont aussi tenu à souligner qu’ils ont fait mentir les craintes et préjugés à l’égard d’un parti politique municipal. Selon eux, la souplesse de la ligne de parti, portant strictement sur les enjeux relevant du programme sur lequel ils ont été élus, ce qui leur permet de voter différemment les uns les autres, est un exemple concret. « Nous avons démontré que nous ne sommes pas un parti comme les autres, que nous sommes ouverts au débat et que nous nous lions lorsque notre idéal et notre vision sont en jeu. La force de notre groupe, c’est de pouvoir s’unir autour d’idées et non simplement autour d’une personnalité ou d’un chef », a conclu Mme Nadeau.

Pour plus de détails sur les réalisations des élus, consultez la fiche d’information.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *