Qu’est-ce qui fait bouger les jeunes?

16 novembre 2018

La Ville a récemment mis sur pied un Comité Ado pour augmenter l’activité physique des jeunes. Le Comité au sein de la Commission des loisirs, des sports et du développement des communautés émettra ses suggestions en 2019.

Ce comité a vu le jour suite au sondage élaboré par Québec en Forme, avec le Centre pour l’avancement de la santé des populations Propel de l’Université de Waterloo[1].

Cette enquête réalisée dans les écoles en 2018 voulait connaître le niveau d’activité physique des jeunes gatinois. Les résultats sont frappants :

  • Seulement 30 % des filles de la 5e année du primaire à la 5e année du secondaire atteignent la recommandation internationale en matière d’activité physique, comparativement à 50 % des garçons;
  • Les filles arrêtent de faire du sport à la puberté car leur corps change et elles en sont gênées;
  • Près de la moitié des filles a essayé de perdre du poids dans la dernière année, comparativement à 27 % des garçons;
  • Plus de la moitié des jeunes passent plus de deux heures par jour devant les écrans.

Les jeunes de 5 à 17 ans devraient faire au moins 60 minutes d’activité physique d’intensité modérée à élevée quotidiennement. Les enfants qui ne font pas d’activité physique sont plus à risque de développer des maladies chroniques. Charles-André, kinésiologue et fondateur d’Actif au travail, martèle : « L’objectif ultime est d’avoir une population active à tous les stades de la vie. Il est donc impératif de faciliter l’activité physique chez les adolescents et jeunes adultes. On pense souvent aux enfants plus jeunes ou à la population adulte, alors qu’un programme orienté pour les adolescents et conçu en fonction de leur réalité ferait office de tremplin vers de saines habitudes durables. »

Suite à la présentation du sondage, la Commission jeunesse formera un sous-comité « activité physique » afin d’émettre des suggestions pour la ville en vue d’augmenter l’activité physique des jeunes. Les résultats de cette enquête permettent aux écoles, aux commissions scolaires et aux communautés d’adapter les politiques, les programmes et les activités visant à promouvoir les saines habitudes de vie chez les jeunes de l’Outaouais.

Renée Amyot, conseillère municipale et présidente de la Commission Gatineau, Ville en santé : « La Ville partage la responsabilité avec des partenaires d’instaurer de saines habitudes vie dès le jeune âge. Notre programme veut que la ville de Gatineau développe des environnements favorisés à l’adoption de saines habitudes de vie. Cela inclut les infrastructures, mais aussi des pistes cyclables, etc. »

Le Comité Ado et le sous-comité « activité physique » de la Commission jeunesse aimeraient proposer différentes solutions et activités dès 2019. Est-ce que prolonger les heures de certains parcs et rendre accessible des sports à moindre coût pourraient être des alternatives?

[1] Centre pour l’avancement de la santé des populations Propel (2015). Portrait de l’activité physique et de l’alimentation des jeunes de la Région de l’Outaouais. Université de Waterloo, Québec en Forme et Comité des partenaires du Questionnaire en Forme de l’Outaouais. Récupéré de : www.qef.uwaterloo.ca/documents/qef_profile_dune_ville.pdf

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *