Tracer le chemin

19 décembre 2016
Ice hockey player shoots the puck at the net

Crédit: iStock Photo

En skis, le premier qui passe dans la neige fraîche travaille plus fort que tous ceux qui le suivront. C’est ce que la Ville de Gatineau fait avec le projet d’aréna qu’elle développe avec l’organisme sans but lucratif Vision Multisports Outaouais (VMSO). Qu’est-ce que ce projet a de nouveau? Il amène la possibilité pour une ville de déléguer la construction et la gestion d’un bâtiment d’intérêt municipal à une entreprise d’économie sociale, tout en participant partiellement à son financement afin d’intégrer plusieurs usages et de rentabiliser la construction.

Concrètement, l’entente de gré à gré avec un OSBL et la location des heures de glace, ce n’est pas nouveau. C’est ce qui a été fait dans le cas du complexe Branchaud-Brière, construit par VMSO et à qui la Ville de Gatineau loue des heures de glaces pour répondre à des besoins communautaires. Mais, avec ce nouvel aréna, on vise à intégrer dans un même bâtiment un amphithéâtre pouvant accueillir une équipe de la LHJMQ (les Olympiques de Gatineau) en plus des glaces communautaires. Cette concentration d’usages offre plusieurs avantages en termes d’optimisation des ressources et permettra de faire d’une pierre plusieurs coups, tout en conservant les Olympiques à Gatineau. Ceci étant dit, un projet d’une telle envergure ne pourrait être possible sans la contribution financière de la ville et du gouvernement du Québec.

Pourquoi alors faire affaire avec VMSO? Parce que c’est une entreprise d’économie sociale, fondée par des gens d’ici, qui a fait ses preuves et qui a pour mission de fournir des installations de qualité pour la pratique de sports de glaces et d’autres loisirs. D’autre part, tant le programme d’Action Gatineau que celui du conseil municipal, ont résolu de favoriser le développement économique de la Ville par les entreprises d’économie sociale. Or, un aréna communautaire, même si c’est positif pour les résidents, ce n’est pas du développement économique. Un amphithéâtre de 4000 places, oui. On peut y tenir des matchs de la LHJMQ et attirer des compétitions sportives, avec toutes les retombées économiques que cela implique.

Ce nouveau type d’entente constitue un outil de plus permettant aux villes d’assurer leur développement et fournir des services à la population tout en partageant la facture avec les acteurs du milieu.

Voici un résumé de ce que permettra également ce projet :

  • Optimisation des ressources pour un développement durable
    • Réduction des coûts d’énergie : une bâtisse à chauffer au lieu de plusieurs;
    • Réduction des ressources d’entretien, par exemple 2 zambonis au lieu de 4;
    • Utilisation des stationnements déjà existants dans le secteur et construction d’un stationnement souterrain : pas d’augmentation du stationnement de surface;
    • Localisation près du Rapibus et du réseau cyclable favorisant le transport actif.
  • Économies et retombées pour la Ville
    • Gestion et entretien de l’immeuble assurés par un organisme pour 25 ans;
    • Construction d’un immeuble de qualité qui aura toujours de la valeur dans 25 ans lorsqu’il sera remis à la Ville;
    • Établissement d’ententes entre les Olympiques et VMSO : la ville ne sera plus impliquée;
    • Localisation près du centre sportif permettant d’attirer des compétitions sportives de haut niveau.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *