Bien s’entourer pour allaiter

30 septembre 2020

Crédit: Caroline Houde

La Semaine Mondiale de l’Allaitement Maternel a lieu du 1er au 7 octobre prochain. Afin de souligner et célébrer l’allaitement, Naissance-Renaissance Outaouais, qui abrite Nourri-lait, offre une série de conférences en ligne. Depuis sa création en 1994, Nourri-lait a comme mission globale de soutenir les familles de l’Outaouais pendant la période entourant la naissance d’un enfant en favorisant le développement d’habiletés parentales dans le respect de leurs valeurs et de leurs droits.

La conseillère du district de Limbour, Renée Amyot est une des fondatrices de l’organisme. Alors infirmière en petite enfance au CLSC des Draveurs, elle met en place les cliniques d’allaitement pour supporter les femmes qui allaitent et qui rencontrent certaines difficultés. Puis en découle la création de l’organisme Nourri-lait. « Nous voulions que les mamans aient une expérience positive de l’allaitement et éviter les arrêts précoces dus à des problèmes et au manque de ressources disponibles. C’est avec cette philosophie que nous avons créé Nourri-lait, Josée D’Anjou, Aline Carle et moi. Le besoin est venu du fait que beaucoup de nouvelles mamans en Outaouais n’avait pas de famille dans la région et nous voulions créer un tissu social pour les femmes, leur faire rencontrer d’autres mamans et bien sûr les aider à réussir leur allaitement. »

Au tout début, Nourri-lait comptait 10 marraines d’allaitement. Aujourd’hui, l’organisme en compte une centaine. L’an dernier ce sont plus de 200 jumelages qui ont été faits entre marraines d’allaitements et mamans. La marraine elle est une bénévole qui désire aider d’autres mères parce qu’elle croit que l’allaitement d’un enfant devrait être une expérience satisfaisante.  Celle-ci doit avoir allaité un bébé au moins pendant six mois et faire une formation de base de 18 heures donnée par l’organisme. Des cliniques communautaires d’allaitement sont généralement offertes, cinq jours par semaine, mais sont remplacées présentement à cause de la pandémie, par des rendez-vous individuels avec une consultante en lactation certifiée, dans les locaux de Nourri-lait en respectant les mesures de sécurité demandées par la santé publique. Les mamans peuvent également discutés avec une consultante par téléphone.

Deux formations sont offertes à chaque année pour devenir marraine d’allaitement. Caroline Murray-Daignault est l’une de celles qui débutera sa formation de marraine d’allaitement dans quelques jours: « J’ai allaité mes deux enfants et même si ça n’a pas toujours été facile j’ai persévéré et je suis extrêmement fière d’avoir eu ce moment privilégié avec mes enfants, en plus de leur offrir le meilleur de moi-même. Je désire redonner aux femmes de mon entourage en devenant marraine d’allaitement, car je sais combien il est important d’être bien entouré pour réussir son allaitement.

Voici la liste des diverses activités proposées pour souligner la Semaine Mondiale de l’Allaitement Maternel :

Jeudi 1 octobre de 10h00 à 11h30, Louise Dumas présentera : Parler des risques du non-allaitement : une responsabilité éthique des professionnels de la santé.

Vendredi 2 octobre de 13h00 à 14h30, Sabrina Marseille présentera : L’allergie à la protéine du lait de vache et l’allaitement.

Samedi 3 octobre de 10h00 à 13h00, Défi allaitement virtuel

Pour vous inscrire : https://mouvementallaitement.s1.yapla.com/fr/event-18360

Dimanche 4 octobre de 10h00 à 11h30, Audrée Meilleur-Trudeau présentera : La dépression post-partum et l’allaitement.

Lundi 5 octobre, de 10 à 11h30, Camille Marcotte-Quijada présentera : Le quatrième trimestre

Mardi 6 octobre, de 10h00 à 11h00, Laurence Vaillancourt présentera : Les impacts dans l’allaitement d’un sevrage ponctuel lors d’une intervention ou une chirurgie.

Mercredi 7 octobre, de 13h00 à 15h00, Sophie Richard, consultante en lactation animera une clinique d’allaitement virtuel.

Pour plus d’informations, visitez le site de Naissance-Renaissance Outaouais. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *