Gatineau et ses 40 % de terres agricoles

11 novembre 2019

Forum d’Action Gatineau, 7 décembre 2019

La production agricole urbaine nourrit près de 800 millions de personnes sur la planète et représente 15 % de la production alimentaire mondiale[1]. L’agriculture urbaine est un outil multifonctionnel pour le développement durable des quartiers et des villes[2] et une stratégie pour la mise en place de villes nourricières[3]. Comme Gatineau a 40 % de terres agricoles, est-ce qu’elle pourrait encourager davantage l’agriculture urbaine?

Le 7 décembre prochain, Action Gatineau tiendra son premier grand forum qui fait partie d’une série de rencontre entre concitoyens. Le but, sonder le pouls des Gatinois et Gatinoises et permettre à un large public d’influencer son nouveau programme qui sera dévoilé durant son congrès politique de 2021.

Emmanuelle Rousset, mairesse adjointe de Rennes, conférencière invitée, viendra partager la vision et les actions de la Ville de Rennes comme « ville nourricière ».

En 2016, le conseil municipal de Rennes a décidé de mettre le cap vers l’autosuffisance alimentaire. Alors que des paysans s’installent en ville, des citadins réapprennent le jardinage, luttent contre le gaspillage alimentaire, créent poulaillers et potagers. L’objectif est de faire réfléchir les habitants sur leurs habitudes alimentaires. Entre autres, on les encourage à manger local et développer ainsi l’économie locale. Mieux encore, en réduisant l’approvisionnement qui vient d’ailleurs et qui parcourt souvent de longues distances, ils réduisent également leur empreinte carbone.

Et l’agriculture urbaine à Gatineau?

Gatineau a adopté un programme d’agriculture urbaine le 12 avril 2016. Ce programme vise à promouvoir la pratique de l’agriculture urbaine auprès de la population et à en faciliter la pratique.

Renée Amyot, présidente de la Commission Gatineau, ville en santé, dresse un portrait de la situation à Gatineau : « De plus en plus de citoyens s’intéressent à l’agriculture urbaine. En ce sens, la Ville travaille fort, notamment avec le projet des petits élevages urbains et des jardins communautaires et collectifs. Des aménagements ornementaux municipaux ont même été remplacés par des aménagements comestibles. Les citoyens s’intéressent de plus en plus à savoir d’où proviennent leurs aliments, et cela contribue à de saines habitudes de vie. »

D’autres thèmes seront abordés pendant le forum avec le sous-entendu qu’une ville nourricière est celle où il y a une place pour chacun, qu’ils soient jeunes, âgés, immigrants, handicapés, gens d’affaires ou simple citoyen. Plusieurs influenceurs et intervenants locaux viendront partager leur expérience avec les participants.

Abonnez-vous à notre page Facebook et découvrez au fil des prochaines semaines la programmation complète de notre prochain grand forum du 7 décembre. Nos forums sont non partisans et ouverts à toutes et tous.

[1] Smit et collab., 1996

[2] Mougeot, 2006; Duchemin et collab., 2010; Ba et Aubry, 2011

[3] Vivre en Ville, 2015

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *