Téléorthophonie, un virage numérique qui vaut la peine

10 novembre 2020

Cet article est le premier d’une série de quatre qui souligne le travail d’entrepreneurs d’ici lors de la semaine de l’entrepreneuriat.

Depuis la deuxième vague, près d’une PME sur deux connait une baisse de revenus à Gatineau selon la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante.

Le Cabinet d’orthophonie Jessica Bélisle-Macquart a repensé ses services et son fonctionnement. Pendant le confinement, l’entreprise a fait un virage numérique complet.

« Les clients qui désiraient poursuivre avaient la chance de le faire via visioconférence et partage d’écrans, » explique la présidente et fondatrice Jessica Bélisle-Macquart. « J’ai été agréablement surprise de voir cette méthode si bien fonctionner alors que 80 % de ma clientèle a suivi. Cependant, la clientèle 0-5 ans était plus problématique côté organisationnel. En contrepartie, nous avons offert du coaching parental par téléphone. Encore maintenant, le service numérique perdure encore. »

Le cabinet compte 10 orthophonistes et 4 aide-orthophonistes et malgré tout, la liste d’attente est longue. Une 2e clinique ouvrira ses portes en février dans le projet Agora du Plateau et des démarches sont entamées pour l’ajout d’un nouveau local à leur bureau d’Aylmer.

« Ça va relativement bien, compte tenu des circonstances, » dénote Mme Bélisle-Macquart. Beaucoup de clients attendaient notre réouverture en cabinet. « On peut dire que la pandémie a eu des conséquences positives car nous avons développé la téléorthophonie. »

En lire plus sur le sujet :

François de Bellefeuille, entrepreneur dans l’âme

La scène brassicole de Gatineau, voir au-delà de la bière

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *