Agriculture urbaine, Gatineau a un potentiel énorme

16 mars 2020

Diplômé en agronomie de l’Université Laval, Philippe Thomson s’occupe du secteur des ventes, du marketing et des opérations de Courges et compagnie. L’entreprise a été créée au printemps 2012, toutefois, l’apparition de la courge sur la ferme de 300 acres remonte à l’été 2007. Philippe voit également au développement des nouveaux projets et occupe présentement le poste de coordonnateur pour le programme Lancement d’une entreprise au Centre d’entrepreneurship de l’Outaouais.

Les règlements de la ville

« Gatineau a un potentiel énorme d’agriculture urbaine, car la Ville est conçue sur le long et les terres agricoles de proximité sont nombreuses, explique M. Thomson. Le momentum est là et la demande est là. Mais ça prend quelqu’un à la Ville, un agronome par exemple, qui fait le lien entre les agriculteurs et la réglementation municipale. Quelqu’un capable d’argumenter, d’amener les faits sur la table, de pousser les projets agroalimentaires jusqu’au bout. »

Faire de l’agriculture urbaine comporte plusieurs avantages. « On est près d’une masse de la population, car plus on s’éloigne du marché, plus ça coûte cher, alors il faut s’adapter. »

Le défi de son entreprise est d’être dans une zone agricole. Par exemple, il est impossible de transformer des terres agricoles en stationnements à Gatineau, ou encore de tirer des chevreuils qui dévorent leurs citrouilles. NDLR : L’entreprise a essuyé 100 000 $ de pertes en raison des chevreuils l’an dernier.

« De façon générale, il n’y a pas de modèle d’agrotourisme dans le monde agricole au Québec. En Ontario, ils n’ont pas de barrière de lois comme nous, mais ils n’ont pas de possibilités de financement comme nous. Nous avons des réalités différentes!

Pour en lire plus sur le sujet: https://actiongatineau.org/nouvelles/les-serres-notre-dame-un-des-plus-grands-jardins-urbains-au-quebec/

Une réponse à Agriculture urbaine, Gatineau a un potentiel énorme

  1. Claude Sirois dit :

    Intéressant … fort intéressant … même intrigant … Deux textes à ce sujet ont été publiés sur cette page il y a quelque temps … avec arguments qu’on retrouve dans les propos de M. Thompson avec lequel j’ai eu le plaisir d’échanger … jadis, naguère autrefois :-) lors du démarrage du Centre d’écologie et d’agriculture urbaine de Gatineau à la Ferme Moore ! On ne sait jamais, il est permis de rêver ! Olé!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *