Que connaissons-nous du racisme vécu par les Autochtones à Gatineau?

19 juin 2020

On le sait, plusieurs préjugés à l’égard des Autochtones persistent de nos jours, mais c’est en allant à la rencontre des autres que nous pouvons déconstruire alors ces préjugés en vue d’adopter ensuite des comportements antiracistes.

En 2017, un portrait des Autochtones de la Ville de Gatineau a été réalisé par un groupe de citoyens autochtones. 63 autochtones et 14 représentants d’organismes de services communautaires et publics ont participé aux consultations.

Plus des trois quarts (77%) des participants autochtones ont déclaré avoir rencontré des obstacles quant à l’utilisation des services communautaires et publics à Gatineau. Le racisme ou la peur de la discrimination sont deux raisons principales évoquées.

L’Évaluation des besoins des Autochtones de la ville de Gatineau met en exergue un besoin de promouvoir leur identité culturelle, de mieux les accompagner lors des importantes transitions de vie (deuil, naissance, séparation) et de combattre leur isolement. Pour y parvenir, un lieu de rassemblement autochtone pourrait être inauguré.

En plus, cela permettrait de faire connaitre les réalités culturelles autochtones, ce qui contribuerait à affaiblir le racisme et la discrimination à leur égard.

Somme toute, il ressort que les Autochtones vivants en ville ont besoin d’avoir des lieux dédiés spécifiques offrant des services culturellement sécurisants. La Ville est sur la bonne voie avec la constitution de la Table de concertation du vivre-ensemble et de l’immigration. Leur plan d’action commun a été entériné par le conseil municipal en 2019 et elle travaille à l’élaboration du plan d’action 2021-2025. Le Centre d’innovation des premiers peuples y siège afin de répondre à plusieurs défis, notamment la rétention des autochtones sur le marché du travail, la création de la Maison de l’amitié, etc.

 

 

Le rapport est disponible dans son intégralité ici.

Pour en lire davantage sur le sujet :

Toutes les deux semaines, une langue autochtone disparaît

FabLab Onaki : un pas de plus vers le droit universel à l’éducation

Au-delà des clichés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *